Politique environnementale pour le survol d’aéronefs au-dessus des parcs nationaux au Nunavik

15 Juin 2018

Les activités estivales dans les parcs nationaux au Nunavik sont déjà amorcées. La présente vise à faire un rappel amical des politiques environnementales s’appliquant aux territoires des parcs nationaux au Nunavik.
 
En vertu de la Loi sur les parcs (L.R.Q., c. P-9), les parcs sont des aires protégées « dont l’objectif prioritaire est d’assurer la conservation et la protection permanente de territoires représentatifs des régions naturelles du Québec ou de sites naturels à caractère exceptionnel, notamment en raison de leur diversité biologique, tout en les rendant accessibles au public pour des fins d’éducation et de récréation extensive ».
 
Afin de remplir ces missions de conservation et d’accessibilité, différents outils de gestion ont été développés. Les Plans de conservation visent à assurer différents suivis afin d’évaluer, entre autres, si les activités humaines engendrées par la création du parc ont des impacts sur les milieux naturel et culturel.
 
L’une des préoccupations identifiées dans ces plans est l’impact potentiel des vols d’aéronefs à basse altitude (en-dessous de 2000 pieds « above ground level », AGL).
 
Les impacts potentiels identifiés sont les suivants :

  1. Dérangement potentiel de la faune en général, particulièrement les caribous, très vulnérables lors de la période de mise bas, les regroupements d’oiseaux migrateurs et les oiseaux nicheurs.
  2. Dérangement potentiel des activités traditionnelles locales et des activités touristiques.
  3. Survol involontaire de zones particulièrement sensibles, telles les zones de préservation extrême (voir cartes en pièces jointes pour le zonage des trois parcs), délimitées selon des critères de fragilité du milieu (par exemple, le cratère du Parc national des Pingualuit).

 
L’Administration régionale Kativik/Parcs Nunavik demande ainsi la collaboration des pilotes d’aéronefs qui survolent les territoires de parcs nationaux, pour: 

  • Respecter une altitude de vol minimale de 2 000 pieds AGL; Cette politique exclue par contre les cas suivants :
    • Phases d’atterrissage et de décollage;
    • Mauvaises conditions météorologiques (plafond bas);
    • Besoins spécifiques associés aux opérations du parc;
    • Opérations de recherche et sauvetage; 
      • Éviter de survoler le fond des vallées (notamment celles de la rivière de Puvirnituq et de la Koroc) et certains éléments exceptionnels en zone de préservation extrême (notamment le cratère des Pingualuit, zoné préservation extrême en raison de son unicité et de sa vulnérabilité);
      • Éviter de voler à proximité des falaises rocheuses étant donné que certains oiseaux de proie à statut précaire nichent dans ces habitats (par exemple, les hautes parois rocheuses des monts Torngat dans le Parc national Kuurujuaq, les falaises de la rivière Puvirnituq dans le Parc national des Pingualuit et les cuestas, en bordure ouest du Lac Guillaume-Delisle, et s’étendant au nord et au sud de ce dernier, du Parc national Tursujuq, voir cartes en pièces jointes);  Obtenir une autorisation du directeur du parc visé pour tout atterrissage ou amerrissage. Les atterrissages ou amerrissages ne sont autorisés que dans les zones de service. Par exemple, aucune autorisation d’atterrissage ou d’amerrissage ne sera délivrée dans le secteur des Lacs des Loups Marins au parc national Tursujuq.

 
L’Administration régionale Kativik/Parcs Nunavik a travaillé en collaboration avec Transport Canada pour faire ajouter les limites de trois des quatre parcs nationaux du Nunavik. Elles sont visibles sur les cartes aéronautiques de navigation VFR (VNC), plus précisément sur la carte de Frobisher Bay (5033) pour le Parc national des Pingualuit, celle de l’Ungava (5027) pour le Parc national Kuururjuaq, et celles d’Inukjuaq (5026), de James Bay (5018) et Wabush (5019) pour le Parc national Tursujuq. Veuillez noter que le parc national Ulittaniujalik a été créé en mars 2016. Il n’a malheureusement pas été ajouté aux cartes aéronautiques, mais vous pouvez vous référer à la carte des parcs du Nunavik pour visualiser sa localisation. 
 
Pour toute information supplémentaire, veuillez contacter Patrick Graillon (pgraillon@krg.ca), Elise Rioux-Paquette (epaquette@krg.ca) ou Véronique Nadeau (vnadeau@krg.ca).
 
Salutations et au plaisir de collaborer,
 

Source : Patrick Graillon Directeur adjoint opération des parcs  Service des ressources renouvelables, de l’environnement, du territoire et des parcs  Administration régionale Kativik


  Retour

Inscription à l'infolettre

Consultez l'Aviateur express